Comment exporter en Suisse quand on est e-commerçant ?

Avec 90% de la population qui effectue des achats en ligne, la Suisse est une excellente opportunité de développement pour les e-commerces locaux et étrangers. En moyenne, les Suisses dépensent près de 2 241€ par an sur internet, 200€ de plus que les Français. En tant que e-commerçant français, se lancer sur la scène suisse est très attrayant. Mais cela requiert une certaine connaissance du terrain international !

Par
Julie Ribeiro
Créé
19 juin 2020
Modifié
19 juin 2020

Comment réussir son exportation de marchandises en Suisse ?

L’une des particularités des e-shoppers suisses : ils sont très tournés vers l’extérieur. Plus de 61% des achats internet s’effectuent chez des fournisseurs étrangers, selon une étude d’E-commerce Nation. Alors, pourquoi pas chez vous ? 

Même si le marché suisse est ouvert, réussir l’implantation de votre e-commerce n’est pas une tâche aisée. Les règles logistiques suisses en matière de livraison sont très différentes, et peuvent devenir un véritable obstacle pour vous intégrer.

En effet, devenir un e-commerce crossborder implique d’adapter l’entièreté de votre site internet aux particularités suisses : la langue, la monnaie, les délais de livraison, les frais... Et se lancer à la conquête de ce marché sans en connaître les réglementations peut s’avérer risqué pour votre image de marque et votre chiffre d’affaire.

Pour vous aider à réussir votre entrée sur le territoire suisse, voici quelques conseils à garder en tête !

Les changements en interne : petite mise à jour de votre site avant l’opération d’exportation  

Avant de vous exporter par-delà les frontières suisses, il est important de modifier de nombreux éléments internes à votre e-commerce. En effet, les réglementations en matière d’importation ne sont pas les mêmes qu’en France. Faire livrer des marchandises en Suisse implique donc une bonne organisation, et un certain nombre de déclarations officielles.

La déclaration en détail des documents douaniers

L’un des premiers éléments sur lesquels il faut se pencher : les documents et déclarations à remplir pour le bon déroulement d’une livraison en Suisse. 

En effet, l’exportation dans un pays étranger (hors zone douanière européenne) est soumise à des réglementations particulières : l’obtention d’un numéro EORI, la déclaration des marchandises… Et la Suisse ne faisant pas partie de l’Union douanière Européenne, les formalités douanières sont encore plus strictes !

Avant même de valider la livraison d’une commande en Suisse, assurez-vous de pouvoir fournir toutes les informations exigées par le service des douanes. Tout d’abord, demandez l’obtention d’un, numéro EORI (Economic Operator Registration and Identification) (disponible auprès de La Poste) ainsi qu’une preuve d’estimation (sous forme de facture par exemple) à votre colis. Cette déclaration doit être accessible pour les services douaniers.

En plus de votre numéro EORI, il faut attacher la déclaration en douane CN 23 (disponible auprès de La Poste) et un certificat d'évaluation (une facture, par exemple). Cette déclaration doit être facilement accessible aux services douaniers. 

Voici ce qu'il doit contenir :

  • Votre numéro EORI
  • Les informations sur l'expéditeur et le destinataire : adresses, numéros de téléphone, adresses électroniques, etc.
  • Le numéro de TVA
  • Le code SH du produit qui indique la catégorie de prix des biens.
  • Description du contenu
  • Le Incoterms qui définit les responsabilités de l'expéditeur et du destinataire en cas de problème.
  • La valeur du produit en francs suisses

Une fois remplie, il vous suffit de coller la déclaration sur la tranche du colis afin que les douaniers puissent la consulter. Et le tour est joué !

Bigblue Tip : Ces étapes peuvent sembler longues et strictes, mais il est impératif de les réaliser à chaque fois pour assurer le bon acheminement de votre colis. Afin d’éviter tout oubli ou toute prise de risque, pensez à réaliser une to do list exhaustive des conditions d’envoi.  

Assurez-vous du nombre d’exemplaires nécessaires de la déclaration de douane CN23 à joindre au colis. En fonction des pays, il peut y en avoir jusqu’à 7 !

Par sécurité, vous pouvez également faire appel à un partenaire logistique qui propose des offres sur-mesure, et prend en charge les procédures douanières. En travaillant avec un logisticien qui connaît les règles douanières suisses, vous vous libérez d’une lourde responsabilité !

L’adaptation à la langue pour un perfectionnement de la compréhension

Le respect des régimes douaniers n’est pas une garantie du succès de votre implantation en Suisse à lui seul. D’un point de vue plus commercial, il est également important d’adapter votre site de e-commerce aux clients que vous visez. À commencer par la langue employée !

Sur l’ensemble du territoire suisse, 4 langues différentes sont parlées : l’allemand, le français, l’italien et le romanche. Et même si les suisses maîtrisent très bien l’anglais, modifier la langue de votre site e-commerce est un excellent moyen de booster votre taux de conversion.

Pour faciliter l’ensemble du processus, vous pouvez utiliser un logiciel de traduction tel que Weglot. Ainsi, vous élargissez votre champ de clients potentiels et vous vous assurez que votre politique de livraison et retour est comprise !

Bigblue Tip : Si vous parvenez à vous développer en Suisse, ne négligez pas la mise en place d’une newsletter ! Contrairement à la France, 79% des suisses abonnés à un e-commerce ont déjà acheté des produits suite à la réception d’une offre par email. Une piste à étudier !

L’utilisation de différentes devises pour faciliter les échanges internationaux

Un autre détail qui peut provoquer des abandons de panier : la devise proposée lors du paiement. Prenons l’exemple d’un client Bernois qui commande une paire de chaussures auprès de votre e-commerce français. Votre site est rédigé en allemand, la langue officielle de ce canton. Mais au moment de payer, le client se rend compte qu’il ne peut régler qu’en Euro. Or, selon son contrat bancaire, tous les paiements effectués dans une monnaie étrangère entraînent des frais supplémentaires. Sans oublier qu’il n’a aucune idée du cours de l’Euro. Dans le doute : il abandonne le panier.

Pour éviter ce genre de situation, assurez-vous d’adapter vos tarifs et la monnaie de paiement à la zone géographique de vos clients. Vous pouvez par exemple opter pour les options devises multiples et multi-boutique de Shopify. Il est alors possible de sélectionner différentes devises, comme l’Euro et le franc suisse, utilisables sur un même site de e-commerce. La conversion se fait automatiquement (avec la localisation de l’adresse IP) ou manuellement (sous forme d’un menu déroulant), et prend en compte le taux de change en temps réel.

Bigblue tip : N’oubliez pas de proposer des moyens de paiement variés ! Selon une étude du magazine Ecommerce News, l’absence du moyen de paiement préféré d’un client suisse est l’une des premières causes d’abandon de panier. N’hésitez donc pas à proposer un paiement par carte bancaire, par PayPal, mais également par des plateformes propres à la Suisse, comme PostFinance. En vous adaptant au comportement d’achat suisse, vous multipliez vos chances de vous intégrer !

Les changements pour les clients : la transparence sur la procédure d’exportation

Avant de proposer une livraison en Suisse, il est important de vous renseigner sur les réglementations, et d’adapter votre site de e-commerce aux clients que vous visez. Mais assurez-vous également de communiquer sur les changements liés à une livraison à l’étranger !

Sinon, les potentiels délais rallongés et ajouts de frais supplémentaires entraîner d’inévitables commentaires négatifs.

Le temps de livraison des marchandises exportées

Les délais de livraison sont toujours soumis aux aléas du transport et des circonstances. Et d’autant plus lorsque votre colis traverse les frontières d’un pays qui ne fait pas partie de l’Union douanière !

Les règles d’importation étant différentes et strictes, les contrôles douaniers peuvent être plus longs. Pour éviter tout malentendu, il est fortement conseillé de dédier une page entière de votre site web aux conditions d’envoi d’un colis en Suisse. Lorsque vous précisez les délais de livraison, assurez-vous de prendre en compte tous les imprévus.  

Reprenons par exemple l’hypothèse de votre client et de sa paire de chaussures, mais en imaginant que vous avez oublié de joindre la déclaration CN 23 au colis. Lors de son arrivée à la douane suisse, plusieurs cas de figure sont possibles. Soit, le colis va être ouvert, soit il sera retourné directement à l’expéditeur ou encore le service des douanes va contacter l’expéditeur afin d’obtenir les documents manquants. En attendant la réponse, le colis est stocké à La Poste, dans un entrepôt. Une fois que les documents sont envoyés par mail, les taxes sont calculées et le colis reprend son chemin.

Entre son arrivée sur le territoire suisse et la livraison effective au destinataire, plusieurs jours voire semaines peuvent s’écouler ! Sans compter les ajouts de taxes.

Les frais supplémentaires lors du passage en douane

En effet, En effet, en cas d’oubli d’une déclaration ou d’une facture, le colis est immobilisé et les taxes s’accumulent. Car selon la législation suisse, toute marchandise importée est sujette à une taxe de dédouanement et à des frais supplémentaires sur la valeur ajoutée .

Avant de livrer un colis, La Poste suisse s’occupe de le dédouaner. Autrement dit, elle calcule les taxes qui lui sont appliquées en fonction de sa valeur et de la marchandise.

La paire de chaussures de votre client Bernois se retrouve donc à l’entrepôt de stockage pendant quelques jours. Une fois que le service de dédouanement postal possède une indication de la valeur de la marchandise, ils peuvent la réévaluer avant de la livrer. 

Le client peut réceptionner son colis. Mais il va devoir s’acquitter de certaines taxes :

  • Le prix converti, y compris le prix du transport
  • Les frais de dédouanement, en fonction du pays d'envoi
  • La surtaxe pour la valeur des marchandises, selon son code SH
  • Taxes pour l'estimation de sa valeur et sa conservation pendant plusieurs jours
  • La TVA associée à la catégorie de biens

L’ensemble de ces taxes peut revenir assez cher à votre client. C’est la raison pour laquelle la transparence est la meilleure stratégie. Si votre client passe commande en connaissance de cause, il ne sera pas surpris du prix de la livraison suisse, ou de la taxe à la réception. Dans tous les cas, assurez-vous d’expliquer l’ensemble des prestations incluses dans le prix. Soyez honnête envers vos clients, et faites votre entrée sur le marché suisse !

Bigblue Tip : sAttention aux livraisons offertes en Suisse ! Dans tous les cas, il y a de fortes chances pour que le client paie des taxes à la réception du colis. Et même si vous offrez la livraison, cette dernière est prise en compte dans le calcul des taxes, et est imposable. Choisissez soigneusement les options : les habitants suisses sont très regardants des tarifs de livraison. S’ils dépassent 7€, vous risquez l’abandon de panier. Il s’agit de trouver un juste milieu ! 

En bref, comment exporter des marchandises en Suisse en toute tranquillité ?

Avant de vous exporter en Suisse ou dans tout autre pays n’appartenant pas à l’Union douanière, il est important de vous renseigner sur les réglementations en vigueur.

Si vous vous lancez dans cette aventure sans prendre de précaution, vous risquez de rencontrer des mauvaises surprises. Colis ouvert, abîmé, retour à l’expéditeur, retards… Étudiez les déclarations douanières à effectuer, ainsi que les potentiels rallongements de délais et de frais de douane suisse.

Une fois que vous disposez d’une connaissance suffisante sur le sujet, assurez-vous d’adapter votre site de e-commerce à vos clients. La langue, la monnaie, et même les produits proposés jouent un rôle décisif dans l’abandon de panier. Prenez votre temps, ciblez vos acheteurs, et implantez-vous en Suisse !

 

 

Précédent
Comment choisir le prestataire logistique idéal pour votre e-commerceentreprise ?
Suivant
Les 9 do's and don'ts pour créer un processus de livraison qui tue !
Julie Ribeiro
Spécialiste Marketing et rédactrice de contenu chez Bigblue.
Vous aimez notre contenu ?
Je vous remercie ! Votre soumission a été reçue !
Oups ! Quelque chose a mal tourné lors de la soumission du formulaire.