Le dernier kilomètre : un véritable défi pour la logistique verte !

Le “dernier kilomètre" fait partie intégrante d’une expérience client réussie . En effet, quoi de plus plaisant que de recevoir, chez soi, le produit commandé quelques jours auparavant ? 

Julie Ribeiro
Créé
25 juin 2021
Modifié
30 juin 2021

Découvrez Bigblue. Nous faisons de votre logistique un levier de croissance !

Notre équipe commerciale se tient à votre disposition pour répondre à vos questions
Demander une démo

Mais voilà, le transport entre l’entrepôt et le client final est une étape délicate que les logisticiens cherchent à améliorer en permanence. Et pour cause. Non seulement il est polluant mais en plus, il est cher. 

Avec le développement exponentiel de l’e-commerce en France, à savoir 1 milliard d'envois en 2020, les effets négatifs du “dernier kilomètre” ne font que s’accentuer. Toutefois, rassurez-vous : e-commerce n'est plus forcément plus polluant que le commerce physique (trajet maison/boutique, coûts de fonctionnement de la boutique...). Néanmoins, la pollution liée à la livraison existe bel et bien. 

Alors, est-il possible de limiter les effets négatifs du dernier kilomètre ? Si oui, cela passe-t-il par la sélection du transporteur ? Pour aller encore plus loin, ne serait-il pas opportun de proposer des choix de livraison au client ? D’ailleurs, peut-on sensibiliser les consommateurs sur la question ?

On décrypte pour vous les solutions dans cet article...

#I Pourquoi est-il important de limiter les effets du dernier kilomètre ?

Le dernier kilomètre : un vrai challenge pour la logistique verte !

Image provenant de Freepik

Développer la livraison express est une belle opportunité pour certains e-commerçants dont l’objectif est d’assurer un service client parfait. Mais il existe un inconvénient. Ce type de prestations s’effectuent par avion. Et l'avion est 125 fois plus polluant que le camion pour la même distance

Pourtant, contrairement aux apparences, la logistique aérienne n’est pas la seule dont il faut se méfier. En effet, la logistique urbaine porte un enjeu écologique de taille. Avec le succès de l’e-commerce et de son corollaire, la livraison à domicile participe à la congestion du trafic urbain (les fameux bouchons sur la rocade !). Bien évidemment, cela participe à la pollution de l’air : il faut savoir qu’il est la cause de 25% des émissions de gaz à effet de serre

Même en ayant connaissance de cette donnée, la satisfaction client est tellement primordiale que l’expédition express est la seule option envisageable pour de nombreux e-commerçants. Résultat ? Les camions n'attendent pas d'être remplis pour partir et ils voyagent pour quelques colis à livrer. Or, rouler quasiment à vide n’est pas une logistique écologique.

Au fait, pourquoi le dernier kilomètre coûte si cher ? 

Il est assez paradoxal qu’une si petite distance représente plus de 53% des coûts logistiques. En réalité, tout s’explique par les chiffres. 87,5% des internautes français achètent en ligne et la livraison rapide est devenue une norme chez les consommateurs. Le client s’attend donc désormais instinctivement à recevoir son colis “dans les 48 heures”.

Les e-commerçants ainsi que les logisticiens n’ont pas le temps de mutualiser le transport. Les commandes étant géographiquement variées, le colis livré au client sort du système de transport de gros. On doit alors s’adapter et faire du sur-mesure pour livrer rapidement.

En bout de chaîne, la réussite d’une livraison dépend de la rencontre entre le livreur et le client final. Or, il existe des loupés plutôt récurrents :

  • Lorsque le client n'est pas chez lui parce qu’il n’a pas été informé de l’heure du passage ;
  • Lorsque le client n'a pas donné l'adresse exacte pour être livré et qu’il est impossible de le joindre.

La mission de livraison est alors un échec. Le livreur se retrouve avec un colis qu’il devra à nouveau livrer. Si on combine les camions vides et les erreurs d'acheminement, on comprend mieux le manque à gagner. Les livreurs perdent du temps, ce qui coûte de l'argent au logisticien et au e-commerçant. 

Par ailleurs, une durée de livraison plus longue que prévue a un impact négatif pour la satisfaction client 84 % des acheteurs se déclarent peu susceptibles d'acheter à nouveau auprès d'une entreprise après une mauvaise expérience de réception.

Enfin, il est important de rappeler que la livraison ne concerne pas seulement l'environnement urbain. Que se passe-t-il lorsque le colis à livrer se trouve en zone rurale ? le coût unitaire de l'expédition explose tout simplement.

#2 La logistique verte peut-elle régler le problème du dernier kilomètre ?

Choisir un transporteur qui pollue moins : logique et efficace 

Ce n'est plus une nouvelle : les valeurs écologiques sont recherchées par le consommateur. Certaines entreprises de logistique l'ont compris et l'écologie fait partie intégrante de leur proposition de valeur. Aujourd'hui, on observe le développement d'une véritable "logistique verte", qui prend plusieurs formes. 

Réduire les émissions de CO2

Tout d’abord, vous pouvez chercher un transporteur qui compense ses rejets de CO2. 

Par exemple, Colissimo finance des projets environnementaux qui permettent de compenser près de 1,5 million de tonnes de CO2 chaque année. 

Certes, cela ne diminue pas la pollution mais ce système a le mérite de vouloir réparer une pollution inévitable du fait de nos modes de vie.

Le développement des transports verts 

Ensuite, vous pouvez envisager de vous pencher vers les transporteurs qui privilégient des moyens de transport verts, comme La poste qui a une flotte de 100 000 véhicules électriques. 

Les véhicules utilitaires écologiques sont parfaits pour les livraisons en ville. Pas d'émissions de CO2, une consommation de carburant minimale et, surtout, ils ne font pas de bruit ;

Les vélos, si la taille du colis s’y prête, sont une bonne option pour d’une part, les courtes distances en ville et d’autre part, éviter les bouchons en ville. 

À la clé, un gain de temps évident et une pollution extrêmement réduite. En plus, l’apparition des vélos cargos permet désormais de délivrer davantage de colis

Il existe aujourd’hui des solutions multiples au niveau local. Il vous appartiendra d’effectuer quelques recherches en fonction de votre situation géographique. 

La technologie pour un circuit optimisé

Enfin, vous pouvez aussi choisir un transporteur tel que DHL qui utilise l'optimisation des itinéraires.

Grâce à la technologie, on peut mieux organiser la logistique et calculer le meilleur itinéraire en fonction de la congestion du trafic, de la consommation de carburant, la distance parcourue par le colis, le type de véhicules conduits ou de la façon de conduire des livreurs. 

Le but ? Consommer moins de carburant pour moins polluer (et faire des économies au passage).

Proposer des alternatives pour lutter contre le dernier kilomètre

En tant que e-commerçant, vous pouvez lutter directement contre les effets pervers du dernier kilomètre. Il suffit de proposer plusieurs options de livraison à vos clients. 

Comme vous le savez désormais, le voyage à vide des camions s'explique par la livraison rapide. En une nuit, il est impossible pour les logisticiens de s'organiser. Or, le vide, que ça soit pour les colis ou pour les camions, est un fléau écologique et économique. 

Alors, que pouvez-vous faire ?

  • Privilégiez les points relais. Grâce à ce système, le transporteur permet de coupler plusieurs commandes d'un même quartier et éviter les désagréments du dernier kilomètre : la pollution est moindre, les coûts unitaires par colis sont diminués et surtout, cela évite les allers/retours du livreur suite à l’absence du client. Ce dernier est libre d’aller chercher son colis à condition bien sûr, qu’il respecte les horaires du point relais (ce sont souvent des boutiques de proximité qui s’en chargent).
  • Proposer des lockers. Moins répandus que les points relais, les pick-up Chronopost, par exemple, proposent des casiers dans lesquels les clients peuvent récupérer leur colis sans contrainte d'horaire. Ici, la flexibilité est complète et ce type de livraison est apprécié justement pour la liberté qu’elle offre aux consommateurs. 

Les consommateurs sont maintenant habitués à ces types de livraison. Cela est, pour ainsi dire, entré dans les mœurs. Le système est désormais bien rodé et pour quelques euros de moins, l’acheteur sera potentiellement d’accord pour être actif dans la réception de son paquet (il préférera parfois cette option à la livraison à domicile).

#3 Et si la logistique verte passait aussi par la sensibilisation des clients finaux ?

La sensibilisation en douceur des clients finaux sur les méfaits de la livraison rapide.

Lutter contre les effets du dernier kilomètre (et contre la pollution en général) est une question collective. Nombreux sont les consommateurs qui ignorent les méfaits de l’envoi rapide.

L’idée n’est pas de culpabiliser le client mais plutôt de l’informer sur son impact écologique. Il restera bien sûr libre de prendre en compte ou pas les modes de livraison alternatives que vous lui proposez.

Certains e-commerçants ont entrepris d’inclure dans le processus d'achat ou de livraison une information concernant le coût écologique.

Paygreen propose un système de paiement à impact positif.  

Il s’agit tout simplement d’engager les clients sans perturber votre tunnel de vente grâce à une simple possibilité pour eux de compenser leur commande en versant quelques centimes pour un programme écologique.

Assurer la traçabilité du colis : la logistique verte doit être gage de transparence

À chaque étape de la livraison, vous pouvez aussi, dans vos e-mails de suivi, informer votre client de la situation de son colis.
 

De cette façon, il se rendra compte des différentes étapes que sa commande traverse (et des kilomètres parcourus).

Pour aller même plus loin, chez Bigblue, on vous offre la possibilité de créer et personnaliser les e-mails que vos clients recevront au moment de la préparation de la commande, de son envoi, ainsi que de son arrivée.  

Il est donc tout à fait envisageable d'intégrer vos éléments de marque et d'éduquer vos clients sur le sujet du dernier kilomètre !

L’objectif est de conserver une expérience client agréable, tout en démontrant votre engagement pour une logistique plus verte.

Inscrivez-vous à notre newsletter
Recevez les derniers articles sur tout ce qui concerne e-commerce directement dans votre boîte de réception.
Je vous remercie ! Votre soumission a été reçue !
Oups ! Quelque chose a mal tourné lors de la soumission du formulaire.
Découvrez Bigblue. Nous faisons de votre logistique un levier de croissance !
Partager cet article
Autres articles du guide
Autres articles du guide

Préparer le Black Friday 2021

Téléchargez le guide gratuit pour offrir la meilleure expérience à vos clients pendant le Black Friday.
Télécharger le Guide
Couverture du livre Black Friday
Flèche rouge à droite
Précédent
En 2020, envoyez vos marchandises de manière écologique !
Suivant
Flèche rouge à droite
Créez l’email de suivi parfait pour booster vos ventes !